Pour l’année 2021

 

 

Notre balade annuelle aura  lieu le dimanche 26 septembre 2021

 

 

 

 

Chers Amis,

 

Nous espérons que ce courrier vous trouvera en pleine forme en cette deuxième partie d’été ! 

Pour les raisons que vous connaissez, notre association a dû annuler sa sortie 2020 ainsi que son AG 2021.  

 

C’est donc avec une joie décuplée que nous vous proposons de nous retrouver pour la sortie des Amis du Vallon de Réchy, version 2021 ! Celle-ci aura lieu Dimanche 26 septembre 2021 à Ferpècle.

 

➢ 9h: RDV au téléphérique de Chalais. Départ en voiture jusqu’à Ferpècle.

 

➢ Marche (accessible à tous, 200m de dénivelé) au pied des glaciers de Ferpècle et du Mont-Miné. Explication glaciologique de la part de notre secrétaire Vincent.

 

➢ Pique-nique tiré du sac. Partie conviviale.

 

➢ 15h30: départ. Arrivée prévue vers 16h30 au téléphérique de Chalais

 

Pour faciliter l’organisation de la journée, vous voudrez bien vous inscrire jusqu’au 15 septembre prochain (079/329.70.44 lesamisduvallon@gmail.com). Attention : n’oubliez pas votre masque pour le trajet en voiture !

 

En cas de météo incertaine, l’annonce du maintien ou non de la sortie sera fait au numéro de téléphone 1600 dès 06h00 le jour même.

Nous nous réjouissons de vous retrouver très bientôt et vous souhaitons un bel été !

 

Le Comité des Amis du Vallon

Les Amis du Vallon

Case postale 52

3966 Chalais

079/329.70.44

lesamisduvallon@gmail.com

Au vallon de Ferpècle et sa balade au pied du glacier Mont-Miné

 

 

VOIR LES MONTAGNES AUTREMENT

La géologie, c'est pas que des cailloux (1/5): à Ferpècle, une forêt de plus de 8200 ans refait surface

 

 

Au fond du val d’Hérens, la moraine du glacier du Mont-Miné libère des troncs d’arbres, témoins d’une forêt disparue il y a plusieurs milliers d’années.

 

La géologie ne se résume pas à des noms de roche et à des collisions de plaques tectoniques. La géologie, c’est surtout des histoires incroyables sur l’évolution d’un paysage au fil des siècles et des millénaires. A travers ces épisodes, nous relatons cinq faits géologiques marquants qui ont façonné le paysage valaisan naturellement ou à travers l’intervention de l’homme.

A Ferpècle, une forêt de plus de 8200 ans refait surface

Salquenen: le gigantesque éboulement qui a transformé la plaine

Salanfe: le barrage qui fait apparaître des sources d'eau chaude

Les blocs erratiques à l'origine de Pro Natura

La ruée vers l'or au cœur du Luisin (à venir)

Sur la plaine alluviale de Ferpècle, tout ne semble être que roche et glace. Les glaciers de Ferpècle et du Mont-Miné qui recouvraient la zone dans les années 50 se sont retirés. Fondant plus vite qu’ils n’avancent, ils finissent par remonter les flancs du fond de la vallée. Immergés dans cet environnement minéral et saisis par le vrombissement des torrents glaciaires, il nous est difficile de s’imaginer qu’ici, le paysage a pu être tout autre. Et pourtant ! Aujourd’hui, le retrait des glaces révèle des surprises.

 

DES MÉLÈZES DE 90 CENTIMÈTRES DE DIAMÈTRE

Dans le lit du torrent du glacier du Mont-Miné, à quelques centaines de mètres en contrebas de ce dernier, on remarque ci et là d’imposants troncs d’arbres légèrement grisés. Sans y prêter plus d’attention, le promeneur les prendra pour un élément banal du paysage. Mais pour le géologue Thierry Basset, la présence de ces troncs de 90 centimètres de diamètre au maximum et de plusieurs mètres de long à plus de 2100 mètres d’altitude n’a rien d’anodin. Ils sont des signes d’un climat disparu.

 

Il y faut imaginer la faune, le chant des oiseaux, la flore alpine et de nombreuses variétés d’arbustes dans ce paysage aujourd’hui si minéral.

 

 

 

Ce tronc de mélèze est encore partiellement prisonnier de la moraine, qui lui a permis de traverser les millénaires sans se décomposer. © Héloise Maret

 

«La dendrochronologie a permis de les dater. Ces mélèzes et ces pins ont au moins 8200 ans», déclare-t-il en effleurant avec humilité et émotion un de ces troncs grisés. Mais plus qu’une date à retenir, le géologue attire notre attention sur le fait qu’à cet endroit, là où le glacier recouvrait encore la roche il y a vingt ans, s’étalait une forêt de montagne il y a plus de 8000 ans. «En plus des arbres, il y faut imaginer la faune, le chant des oiseaux, la flore alpine et de nombreuses variétés d’arbustes dans ce paysage aujourd’hui si minéral.»

 

CONSERVÉS DURANT DES MILLÉNAIRES GRÂCE À LA MORAINE

En contournant le tronc, nous nous apercevons qu’il est encore à moitié emprisonné dans la moraine. Et c’est d’ailleurs cet amas d’argile et de cailloux qui a permis à ces arbres de traverser les millénaires sans se décomposer.

«Il y a 8200 ans, un important coup de froid a provoqué une avancée spectaculaire des glaciers sur le continent. Il faut alors imaginer celui du Mont-Miné bousculer la forêt en place. En avançant, la glace a alors enfoui des troncs dans les moraines où ils ont été protégés de l’atmosphère et donc du cycle de décomposition.» Erodées par le torrent glaciaire, ces moraines recrachent aujourd’hui ces trésors d’un autre temps.

 

 

THIERRY BASSET, GÉOLOGUE

 

 

 

L’association des amis du vallon de Réchy propose au public diverses activités telles que des balades de découverte de la nature.

 

 

Devenir membre